Galerie Kevorkian

Corinne Kevorkian En 2006, c’est au tour de la petite-fille de Carnig, Corinne Kevorkian, de rejoindre la galerie. Dès l’année de son arrivée, elle inaugure la participation de celle-ci à la Biennale des Antiquaires au Grand Palais et devient dès lors la première et unique exposante à présenter une sélection d’œuvres entièrement consacrée à l’archéologie orientale et à l’art islamique. Au cours des éditions successives de l’événement artistique parisien, le Musée du Louvre, le Musée Guimet des Arts Asiatiques, le Metropolitan Museum of Arts, le Musée du Quai Branly ou le Museo d’Arte Orientale de Turin se portent acquéreurs d’œuvres que la galerie présente.
Presque un siècle après ces pionniers dont faisaient partie ses aïeux, qui ont contribué à la découverte par l’Occident des objets d’art et miniatures du monde oriental et islamique, Corinne cultive avec un enthousiasme transmis intact de génération en génération, la même volonté de défendre et de faire connaître la richesse, la poésie et la puissance imaginative inouïes des univers auxquels ouvrent ces arts.

Depuis 2001, des œuvres de la collection familiale et de la galerie ont été prêtées aux expositions : « Afghanistan, une Histoire Millénaire » présentée à la Fundacion Caixa de Barcelone, au Musée Guimet à Paris, au National University Museum de Tokyo et au Museum of Fine Arts de Houston et « Bronzes du Luristan - Enigmes de l’Iran Ancien » au Musée Cernuschi à Paris.